Jazzman n° 105 Sept. 2004

"Ce trio vocal féminin fait revivre ici le repertoire du trio Lescano qui connut son heure de gloire en Italie dans les années 30 et 40. D’origine hollandaise, les trois sœurs Lescano chantaient un peu à la manière des Boswell Sisters et des Andrew Sisters avec un brio qui les rendit très populaires comme en témoignent leurs disques et des passages répétés à la radio. Des moqueries contre le régime fasciste malicieusement glissées dans des textes en apparence annodins leur valurent d’être emprisonnées. Maryam et Mardjane Chemirani et Catherine Castella, les trois voix de Delizioso, ont revisité quelques-uns des succès des sœurs Lescano. Conçus initialement pour grand orchestre, les arrangements d’époque ont été adaptés au format instrumental avec trompette, contrebasse et caisse claire. Les trois swing sisters exécutent avec précision leurs parties vocales en retrouvant la verve de leurs modèles, et leurs accompagnateurs, le trompettiste Alexis Borrely, le bassiste Jean-Yves Abecassis et Nicola Marinoni à la caisse claire, les soutiennent avec une complicité de tous les instants. Une production qui, sans revolutionner l’art vocal, présente un charme très glamour."
Alain Thomas

Passages radio et TV

Parmi les passages radios et télévision de Delizioso, notons des chroniques dans "Ascenseur pour le jazz" de Julien Delli Fiori (FIP 12 juin 2004) ; "Le fou du Roi" de Stéphane Berne avec deux passages en direct le 3 juin 2002 ; et un reportage de 6 min. tourné par Arte et diffusé dans le magazine culturel "Lola" (voir le site de l’emmission).

Jazz hot n°614 oct. 04

« Peut-on faire plus délicieusement désuet et plus désarmant ? Un mélange des sœurs Etienne et des Andrew Sisters. Une rythmique discrète basse et caisse claire, juste pour marquer le tempo et assurer un peu de couleurs, uns trompette sautillante syncopant à la façon des musiciens clasiques des années 30 qui essayaient de jouer jazz. En fait c’est de la variété qui flirte avec le jazz de la swing era, mais ça s’écoute sans déplaisir, avec un petit fond de nostalgie. Et puis cela remet à la mémoire un moment de la chanson italienne dans une période plus que troublée. À noter un charmant Tornerai (J’attendrai) qui ramènera beaucoup de souvenirs chez les plus de 60 ans. Et un déconcertant Tristezze di San Luigi (St Louis Blues, il fallait changer les titres pour échapper à la censure fasciste) avec une intro copie de celle de Louis Armstrong. C’est très bien fait, très touchant, avec beaucoup de sincérité, de feeling, et aussi d’humour. Et nous revoila en 1945. Ou quand le présent se fait passé, ce qui est son avenir. » Serge Baudot

Le Nouvel Observateur 21/10 2004

"Nées en Hollande d’un père contortionniste et d’une mère chanteuse, trois filles juives, les sœurs Lescano, firent leur début en Italie comme danseuses acrobatiques avant de monter un trio vocal swing, version italienne des Andrew Sisters, qui allait enflammer l’Italie. Il faut dire que leurs chansons mutines et ironiques soulageaient les italiens de la pompe fasciste... Elles triompheront jusqu’à l’application des lois raciales et leur arrestation pour espionnage en 1943. C’est à leur répertoire que le bien nommé trio Delizioso (Catherine Castella, Myriam et Mardjane Chemirani, de la famille des fameux percussionistes) rend hommage avec un album charmant et ce concert [au China club]."